Chronique d'une fin de règne

Patrick RAMBAUD

La seconde moitié du règne de François-le-Petit fut bouleversée par les attentats des barbaresques - en janvier et novembre 2015 - qui eurent pour effet de raffermir celui qu'on appelait François-le-Mollasson et qui, en ces temps de malheurs collectifs, prouva qu'il pouvait être un capitaine. Mais, déjà, le crépuscule de son quinquennat s'annonçait et François-le-Lutin n'ignorait pas qu'on lui mettrait bien des bâtons dans ses roues pour l'empêcher de rester sur son trône cinq années supplémentaires. Nicolas-le-Mauvais s'était juré de reprendre la place qu'il estimait lui avoir été volée et, dans le propre camp du monarque, le duc d'Evry, « Premier ministre mais libre », et le comte Macron, de la Finance, spécialiste des flèches empoisonnées, l'attendaient en embuscade, chacun de son côté. Après que Nicolas-le-Vexé eut été débarqué de sa primaire par une ribambelle de retraités chrétiens enamourés par le sombre duc de Sablé, François-le-Triste se sentit moins frais pour conquérir la primaire des gauches... Lire la suite

216 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 11.8 x 18.8 cm

Haut de page