Le Syndrome pakistanais

Christophe JAFFRELOT

Prolifération nucléaire, persécution des minorités religieuses, terrorisme islamiste... tels sont les clichés qui occultent la complexité du Pakistan. Il existe un « syndrome pakistanais », qui plonge ses racines dans l'époque coloniale, lorsque la minorité musulmane du British Raj, dominée par les héritiers de l'Empire moghol, a résisté à la montée en puissance de la majorité hindoue au nom de sa grandeur passée. Cette élite a obtenu un Etat en 1947. Si elle s'est divisée ensuite selon les lignes de fracture ethnolinguistiques et politiques (entre civils et militaires), elle a continué à former un véritable establishment, exerçant sa domination sur la société. Le syndrome pakistanais combine cette dimension sociologique avec une dimension internationale. Depuis 1947, aux yeux des élites pakistanaises, en particulier des militaires, l'« Inde hindoue » continue de faire peser une menace existentielle sur le Pays des purs. Ce danger a justifié l'acquisition de l'arme nucléaire et la quête d'un allié, les Etats-Unis, tout au long de la guerre froide. Islamabad soutiendra également les mouvements jihadistes pour affaiblir l'Inde et gagner une profondeur stratégique en Afghanistan. Complaisant avec cet islamisme-là, le pouvoir s'est trouvé peu à peu débordé, le sunnisme militant s'exerçant aujourd'hui aux dépens des chi'ites, en plus des autres minorités. Alors que le Pakistan est né pour donner un pays aux musulmans de la région, l'islam, en 2013, est devenu l'un des fossoyeurs de la nation. Lire la suite

664 pages | Reliure souple illustrée | Format: 30x230

Chapeau

Citation presse

Coulisses

Christophe JaffrelotChristophe Jaffrelot est directeur de recherche au C.E.R.I., professeur à Sciences-Po et à Yale. Il est l'un des meilleurs spécialistes de l'Asie du Sud en France. Il a notamment publié Le Pakistan (2000) et L'Inde contemporaine - De 1950 à nos jours (2006).

Haut de page