Mémé dans les orties

Aurélie Valognes

Face à la tendresse, nul ne peut résister

Léger, sarcastique et pourtant empathique, ce premier roman, bien qu'écrit par une jeune femme, a pour sujet la solitude, la vieillesse et le coeur sec... Pour rompre l'ennui, Ferdinand, un retraité de quatre-vingt-trois ans brouillé avec toute sa famille, n'a rien trouvé de mieux que d'enquiquiner son voisinage. Son souffre-douleur préféré est madame Suarez, la gardienne de la résidence. Même sa chienne Daisy a pris la poudre d'escampette. Dur dur de fréquenter un vieil aigri. Il faudra l'intervention miraculeuse d'une fillette qui n'a pas sa langue dans sa poche, et d'une geek étonnante de quatre-vingt-treize printemps pour que Ferdinand retrouve le goût des autres... Une histoire simple et efficace, qui pourrait remplacer nombre d'antidépresseurs ! Lire la suite

288 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x220

-50%
  • 8,48 €
  • 16,95 €
  • i-bag-small
GRATUIT
CONTRE
5 points i-bag-small
Epuisé

Chapeau

Citation presse

Le comit a aim

Mémé dans les orties appartient à ce que nos amis anglo-saxons appellent les feel-good books : romans plutôt faciles à lire, qui conjuguent humour et légèreté, autour d'une intrigue bien ficelée, de personnages bien campés et d'une fin aux couleurs optimistes. Si les amateurs de grande littérature n'y trouvent pas forcément leur bonheur, ceux qui lisent pour s'offrir un vrai moment de détente et de complicité en ressortent ravis. Dernier phénomène français de l'autopublication numérique, Aurélie Valognes a trouvé du premier coup la fameuse recette du livre qui fait du bien et séduit des milliers de lecteurs sur Internet, au point d'être repérée par les éditeurs et de recevoir des propositions de contrats de la part de plusieurs maisons réputées. Le succès attirant le succès, l'histoire de Ferdinand a donc rejoint la « vieille » formule papier après son fabuleux voyage sur le Réseau. Et dire que son auteure pensait au départ n'en vendre qu'une petite centaine... Comme quoi les orties peuvent porter chance !

1er chapitre de Mémé dans les orties

Haut de page