L'Architecte du sultan

Elif Shafak

Au XVIe siècle, Istanbul est la capitale du monde... C'est dans cette ville cosmopolite que débarque Jahan, un jeune cornac indien chargé d'y mener un éléphant blanc. Au cours d'une des éternelles guerres du sultan, il rencontre un officier du génie nommé Sinan. Or, ce dernier est le plus grand architecte de son temps. Jahan va devenir l'un de ses plus proches collaborateurs, connaître la pénombre des cachots, mais aussi la splendeur de la basilique Saint-Pierre, édifiée sous les ordres d'un autre bâtisseur légendaire, un certain Michel-Ange. Tout en nous entraînant de chantier prestigieux en conflit cruel, Elif Shafak nous raconte l'histoire d'amour impossible d'un homme de rien avec la fille délicieuse du puissant sultan. Et quand Jahan, au soir de sa vie, regagnera son Inde natale, ce sera pour y écrire une dernière page encore plus fabuleuse que les précédentes... Splendeurs et misères de l'Empire ottoman. Lire la suite

464 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 150x240

-50%
  • 10,50 €
  • 21,00 €
  • i-bag-small
GRATUIT
CONTRE
7 points i-bag-small
Epuisé

Chapeau

Citation presse

Le comit a aim

Pour comprendre le puissant attrait qu'exercent sur nous les romans d'Elif Shafak, il faut aller piocher dans son parcours inhabituel. Cette jeune femme est née à Strasbourg de parents turcs en 1971, puis elle a vécu en Espagne, aux Etats-Unis, dans d'autres pays encore. Féministe militante, elle est aussi profondément inspirée par le soufisme. Cosmopolite et polyglotte, elle aime sa ville, Istanbul, comme on aime une mère ou une grand-mère. Avec l'histoire de l'architecte Sinan, racontée par un petit cornac venu de l'Inde lointaine, elle nous propose une merveilleuse promenade au carrefour des civilisations. Ses personnages viennent de tous les horizons, parlent toutes les langues, mais partagent la volonté de dresser des monuments sublimes à la gloire de l'Eternel. Elif Shahak a résumé elle-même le thème majeur de son oeuvre : « Orient et Occident ne sont pas comme l'eau et l'huile. Ils se mélangent. Et dans une ville comme Istanbul, ils se mélangent de façon intense, incessante et époustouflante. »

1er chapitre de L'Architecte du sultan

Haut de page