Le Chemin des forçats

Alexandre Soljénitsyne

Composé au bagne entre 1948 et 1952, ce long poème autobiographique constitue une étape essentielle dans l'édification de l'oeuvre en prose qu'entreprendra Soljénitsyne une fois libéré. A l'origine, la forme versifiée était destinée à favoriser la mémorisation : le texte sitôt composé était appris par coeur, puis détruit. Le poème suit le « chemin » emprunté par son jeune héros : son enfance à Rostov-sur-le-Don dans une famille pauvre et persécutée, sa « double foi », chrétienne par tradition familiale, communiste par éducation et conviction, et, surtout, son engagement dans les combats de la Seconde Guerre mondiale, jusqu'à son arrestation. Cette suite de portraits et de scènes décrivant une Russie stalinienne déchirée est aussi l'amorce de la quête historique, culturelle, morale, spirituelle que poursuivra, sa vie durant, l'auteur de L'Archipel du goulag, figure emblématique de la dissidence sous le régime soviétique, prix Nobel de littérature en 1970. Lire la suite

288 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 130x215

Chapeau

Citation presse

Coulisses

Alexandre Soljénitsyne
Alexandre Soljénitsyne (1918-2008) a obtenu le prix Nobel de littérature en 1970. Déchu de sa nationalité en 1974 après la parution en Occident de L'Archipel du goulag, il fut expulsé d'U.R.S.S., émigra aux Etats-Unis, où il vécut vingt ans, avant de revenir en Russie. L'Archipel du goulag est sa première « cathédrale » d'écriture, selon l'expression de Georges Nivat, La Roue rouge (sur le « déraillement » de l'histoire russe) en constituant la seconde.

Haut de page