La Force de l'aurore

Marie-Bernadette Dupuy

Au nom de toutes les femmes !

Ariège, mai 1882. Angélina et Luigi, son mari, regagnent leur cité de Saint-Lizier après un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle. Durant plusieurs mois, la jeune femme, enceinte, a dû affronter les périls des sentiers de montagne. Elle a hâte de retrouver les siens et de reprendre son métier de sage-femme. Mais elle apprend qu'une autre sage-femme s'est installée dans le bourg durant son absence...

576 pages | Reliure souple illustrée | Format: 150x230

-20%
  • 18,00 €
  • 22,50 €
  • i-bag-small
GRATUIT
CONTRE
7 points i-bag-small
Epuisé

Chapeau

Citation presse

Le petit plus

Interview suitePourtant, Angelina n'hésite pas à prendre ce risque ?Exactement. Angélina est une sage-femme (« costosida » en Ariège) réputée dans sa région, comme sa mère Adrienne (voir les tomes précédents). Elle connaît tous les risques liés à l'accouchement, qui se déroulait souvent dans des conditions très difficiles. Une amie ariégeoise, qui est aussi sage-femme, m'a beaucoup aidée à comprendre cette réalité par son expérience et ses connaissances, d'autant que sa mère et sa grand-mère étaient aussi sages-femmes. J'ai également beaucoup lu la presse de l'époque. (...) Un accouchement pouvait faire basculer la vie d'une femme, et cela est toujours vrai ! Angélina le sait parfaitement et déploie toute son énergie, toute son éloquence à la fin du roman pour défendre la condition féminine. Et si cette histoire se passe dans les Pyrénées ariégeoises, c'est parce que j'aime cette région que je connais bien, j'aime ces belles montagnes, comme si elles pouvaient communiquer leur force à mes personnages...

Rencontre

Quel sens donnez-vous au pèlerinage qu'Angélina accomplit à Saint-Jacques-de-Compostelle avec Luigi, son mari ?Angélina est enceinte, mais cela ne l'empêche pas d'entreprendre ce pèlerinage jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle avec Luigi, à pied, bien entendu. Une dure épreuve pour elle, vous imaginez... Mais les gens étaient-ils plus résistants en ce temps-là, ou peut-être plus motivés ? En tout cas, le pèlerinage est une remise en cause de soi-même, à l'époque c'était une véritable pénitence.Angelina obéit-elle au commandement de la religion ou à sa conscience ?Angélina a choisi en son âme et conscience de pratiquer cet avortement sur son amie Rosette. C'était une question de vie ou de mort pour la jeune fille. Voilà pourquoi mon héroïne effectue ce pèlerinage. Il est vrai qu'à cette époque (la fin du XIXe siècle) la religion était très présente, partout et dans toutes les classes sociales. N'oubliez pas que nous sommes avant la séparation de l'Eglise et de l'Etat. L'avortement était interdit et puni très sévèrement par la loi. On pouvait encourir le bagne !

1er chapitre de La Force de l'aurore

Haut de page