Les Loups blessés

Christophe Molmy

Ces deux hommes ne se connaissent pas. Ils appartiennent pourtant au même monde : celui du sang. Le commissaire Renan Pessac, patron du Service central de répression du banditisme, est un fauve solitaire, un taiseux capable de colères foudroyantes. Il traque sans répit les braqueurs qui, pour un butin gros ou modeste, brisent des vies humaines sans le moindre état d'âme. Matteo Astolfi est de ceux-là. Jusqu'à présent, ce beau Corse a réussi à passer à travers les mailles des filets et des radars des flics tout en réalisant de beaux coups. Mais sa destinée se grippe lorsque son jeune frère Dominique (« Doumé ») s'acoquine avec les deux frères Belkiche, petits caïds franco-maghrébins du Val-de-Marne qui manient l'arme lourde, et que deux convoyeurs de fonds restent sur le carreau du boulevard Davout. L'enquête est confiée au commandant Philippe Lelouedec. Celui-ci rend des comptes à son « taulier », Pessac, mais est fortement agacé par les petits mystères et les grands silences du commissaire. En fait, Pessac nage complètement. Astolfi, Belkiche, ces noms ne lui disent rien et il doit, pour en savoir plus, s'en remettre, en cachette de Lelouedec, à un de ses « tontons », le Grand, un type cupide, cynique, prêt à trahir tout le monde, et à une « tontine », Tania, une belle prostituée de luxe dont Pessac se verrait bien partager le lit. C'est ainsi que, de braquage en braquage, entre Marseille et la banlieue parisienne, Pessac et Astolfi vont devoir se faire face. Deux longs couteaux. Dont l'un devra mourir. Lire la suite

336 pages | Reliure souple illustrée | Format: 140x225

Chapeau

Citation presse

1er chapitre de Les Loups blessés

Haut de page