Le Dernier des injustes

Claude Lanzmann

C'est Benjamin Murmelstein qui se surnommait ainsi : « le dernier des injustes. » Il fut en effet l'ultime président du Conseil juif du ghetto et du camp de concentration de Theresienstadt, le seul des trois à ne pas finir assassiné par les nazis. Theresienstadt occupe une place particulière dans l'histoire de la Shoah, puisque ce lieu fut imaginé pour servir la propagande du Reich. Un « camp témoin », en quelque sorte, que l'on faisait visiter et dans lequel on promettait aux Juifs allemands et autrichiens, parmi les premiers déportés, une vie de rêve. De nombreux artistes sont passés par ce camp et ont laissé des témoignages écrits, des dessins, des relevés, qu'ils cachaient sous terre. Claude Lanzmann les publie au fil des pages et tente de répondre à une terrible question : le dernier des injustes, dans ce contexte, fut-il ou non un « collaborateur » ? Lire la suite

144 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x205

Chapeau

« Une lumière rare sur les mécanismes de la solution finale. » Le JDD

Citation presse

Haut de page