Inhumaine

Patricia CORNWELL

Carrie la maléfique : le retour

Si Kay Scarpetta est devenue une icône de la littérature policière, c'est parce qu'elle incarne des vertus universelles : la compétence, le sens de la justice, la droiture. Et par-dessus tout la fidélité aux gens qu'elle aime. Un criminel qui voudrait l'atteindre ne doit donc pas s'en prendre à elle directement : elle sera beaucoup plus vulnérable s'il menace l'un de ses proches. Voilà l'idée directrice de ce thriller sombre, angoissant et magnifique. Kay Scarpetta est en train d'examiner le corps d'une victime que la police attribue un peu vite à un accident lorsqu'une vidéo s'affiche sur son téléphone. Une vidéo prise clandestinement et montrant sa nièce Lucy près de vingt ans plus tôt. Quelques heures plus tard, le F.B.I. encercle la maison de Lucy avec l'intention affichée de l'expédier derrière les barreaux. Pour notre légendaire experte en médecine légale, il s'agit d'une machination fomentée par la plus inhumaine de toutes les psychopathes qui ont croisé son chemin : Carrie Grethen, beauté machiavélique et tueuse en série que Patricia Cornwell a déjà mise en scène dans plusieurs de ses romans. Une ombre maléfique qui planifie la souffrance des autres et transforme la vengeance en science appliquée ! Lire la suite

496 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 150x240

Chapeau

Citation presse

Extrait

Le défi est limpide et ma réaction immédiate, telle de la lave en fusion. La fureur déferle en moi, l'envie irrépressible de détruire la pire, la plus vicieuse criminelle qui ait jamais croisé mon chemin m'étreint. Quand je pense que, depuis treize ans, elle était sortie de mes pensées, après que j'avais vu son hélicoptère s'abîmer en mer. Du moins l'avais-je cru. Je me trompais. Elle n'avait pas pris place à bord. Lorsque je l'ai enfin découvert, j'avoue que ce fut la vérité la plus difficile à admettre de mon existence. C'est un peu comme d'apprendre que la rémission dont on bénéficiait cesse, que la maladie fatale qui nous menaçait redresse la tête. Ou alors de comprendre soudain qu'une effroyable tragédie ne se résume pas à un simple cauchemar. Carrie Grethen poursuit donc ce qu'elle avait entrepris. Au fond, rien d'étonnant. Me reviennent en mémoire les mises en garde récente de Benton, mon époux. Il s'inquiétait que je tisse une sorte de lien avec elle, du fait que je m'adressais à elle mentalement et que je me rassurais à peu de frais en songeant qu'elle ne mènerait pas son plan jusqu'au bout. Elle ne souhaite pas me tuer parce qu'elle a imaginé une fin encore plus abjecte pour moi.

1er chapitre de Inhumaine

Haut de page