L'Amie prodigieuse

Elena Ferrante

Dans un quartier populaire de Naples, à la fin des années 1950. On sent encore le poids de la guerre et du fascisme. Dans les chaumières, la pauvreté suscite la violence. Deux gamines se lient d'amitié sur les bancs de l'école : Lila, la fille du cordonnier, et Elena, la fille du portier de la mairie... Le premier volet d'une tétralogie, saluée comme un chef-d'oeuvre de la littérature italienne d'aujourd'hui.

400 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x205

-30%
  • 18,55 €
  • 26,50 €
  • i-bag-small
GRATUIT
CONTRE
9 points i-bag-small
Epuisé

Chapeau

Naples, théâtre d'une envoûtante saga.

Citation presse

« Partant des deux femmes [Elena et Lila], la romancière élargit le champ pour dessiner le portrait d'un pays, l'Italie, en prêtant la même attention infinie aux multiples personnages secondaires qui peuplent et nourrissent ce grand roman italien. » Le Figaro littéraire« La romancière italienne poursuit avec force sa reconstitution de l'Italie des années 1950 à nos jours. Epoustouflant ! » Le Pèlerin« Rares sont les personnages de fiction aussi attachants que ceux d'Elena Greco et Raffaella Cerullo, alias Lenu et Lila. (...) Complicité, proximité, mais aussi compétition et jalousie faisaient partie intégrante de leur amitié complexe et inébranlable. Et c'est cette subtilité et cette sensibilité dans l'écriture d'Elena Ferrante, cette incroyable finesse psychologique qui rend ses personnages si profonds et vivants. » Page« Dans cette fresque en quatre actes [seuls les deux premiers volumes on à ce jour été traduits en français] qui dépeint l'Italie des années 1950 à nos jours, les passions se déchaînent, les familles se déchirent et l'on se laisse embarquer, envoûter par l'écriture puissante et dense de cette immense auteure (...) » Avantages« A travers ses deux héroïnes, dont elle dissèque la psychologie avec autant de minutie que de finesse, mais aussi une galerie de personnages attachants, Elena Ferrante dessine les contours incisifs et extraordinairement sensibles d'un certain rêve italien. Haletant. » La Vie

Le comit a aim

Le nom « Elena Ferrante » ne cesse de faire couler l'encre. Est-ce une femme, un homme ? Serait-ce le double d'un écrivain italien célèbre, façon Gary/Ajar ? Depuis le succès immense de la tétralogie intitulée L'Amie prodigieuse, dont les derniers volets sont en cours de traduction chez nous, la critique s'amuse et s'obstine à vouloir démasquer un auteur, qui a su préserver son anonymat depuis la parution de son premier livre L'Amore molesto, en 1992. Le secret est donc bien gardé. Son éditeur en France, Vincent Raynaud, qui l'admire sans l'avoir rencontrée, est persuadé que ce refus de la notoriété ne relève ni du goût du jeu, ni de fins commerciales. Une chose est sûre, la plume de l'inconnue nous envoûte et nous parle des femmes sans tabous. Elena et Lila sont des héroïnes véritablement attachantes. Leur amitié indéfectible nous ouvre les portes de l'intimité et de la sensibilité féminines. Les qualités littéraires de la saga ne font pas de doute, elles non plus. Quant à la ville de Naples, personnage à part entière, Ferrante nous la restitue dans ce qu'elle a de fascinant et de populaire. Un grand roman italien comme on les aime.

1er chapitre de L'Amie prodigieuse

Haut de page