La Fraternité de nos ruines

David ROUSSET

David Rousset, résistant et déporté, fait scandale en 1949 en comparant camps allemands et soviétiques, Lager et Goulag. Il met toute la gauche intellectuelle en ébullition. Les communistes le considèrent comme un « faussaire », dont les accusations reposeraient sur des documents truqués. Les compagnons de route refusent l'équivalence : les camps russes ne seraient qu'un prolongement malheureux des prisons tsaristes, une déviation qu'on espère passagère de cette belle idée socialiste qu'on ne doit pas compromettre. Une historiographie comparée du Lager et du Goulag n'a jamais émergé sérieusement des innombrables débats autour de la question totalitaire, et ce alors même qu'Hannah Arendt avait envisagé un tel travail, le camp étant à ses yeux un élément central du « système totalitaire ». Rousset pose donc les premiers jalons de cette analyse comparée, fruit d'un travail de documentation unique à l'époque, réalisé par la Commission internationale contre le régime concentrationnaire. Avec le recul, l'analogie s'impose entre les livres de Soljenitsyne et la propre expérience des camps de David Rousset. Lire la suite

396 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 130x215

Chapeau

Citation presse

« Ces écrits montrent le long chemin qui aura été nécessaire, en France, pour faire admettre l'existence des camps soviétiques, et surtout leur équivalence avec les camps nazis, comparaison sacrilège. » Le Figaro Magazine

Haut de page