Sports et sportifs français sous Vichy

Bernard Pretet

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, le sport conquiert un nombre de plus en plus accru d'adeptes. Au cours des « années noires », il est soumis aux rigueurs des pénuries et de l'Occupation, et à la volonté du régime de Vichy d'en faire un instrument de la révolution nationale. A ce titre, il lui est attribué un nouveau statut qui le place sous la tutelle légale de l'Etat français. C'est pourquoi on peut s'étonner du peu de cas qu'ont fait du sport les ouvrages généraux sur l'Occupation. Le mythe de l'« apolitisme sportif » cultivé par des personnalités et des groupes influents est assez répandu, malgré les tentatives d'instrumentalisation. Le temps de Vichy est à la fois celui des compromissions, voire pour certains du collaborationnisme, et pour d'autres du refus ou de la Résistance. Pour une majorité on peut s'étonner du peu de cas fait des sportifs juifs, à l'exemple du champion de natation Alfred Nakache, qui est le plus douloureux. En quelques années, le champ sportif se trouve remanié et bousculé comme il ne l'avait jamais été auparavant. Les années de Vichy laisseront une trace profonde dans le sport français. Lire la suite

432 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x225

Chapeau

Citation presse

Haut de page