Le Cri

Nicolas Beuglet

Le décès d'un patient dans un hôpital psychiatrique d'Oslo aurait été classé sans suite si l'affaire n'avait été confiée à la redoutable inspectrice Sarah Geringën. Rapidement, celle-ci établit que le patient subissait depuis quarante ans un traitement médicamenteux pour le moins bizarre, qu'il était surveillé par des gens extrêmement puissants, et qu'il n'avait pas d'identité hormis le nombre 488 inscrit sur le front. Peu après ces découvertes, l'hôpital est incendié et le corps du patient 488 part en fumée. Sarah se rend alors à Paris pour interroger le directeur du laboratoire qui produisait l'étrange médicament, et elle rencontre un journaliste dont toute la famille a été assassinée par des tueurs à gages. Ensemble, ils se lancent dans une enquête à corps perdu qui va les mener chez un milliardaire américain ultrareligieux... et jusque sur une île perdue de l'Atlantique ! Lire la suite

496 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 150x240

 
  • 19,90 €
  • i-bag-small
GRATUIT
CONTRE
7 points i-bag-small
Epuisé

Chapeau

Citation presse

Le comit a aim

Une étoile est née !
Dans les cent premières pages, Nicolas Beuglet réussit le tour de force d'égaler les écrivains scandinaves : son inspectrice, une ancienne des Forces spéciales, est digne de ses consoeurs du Grand Nord. Aussi compétente qu'intraitable, elle dissipe en deux temps trois mouvements la machination orchestrée par des hommes de l'ombre pour transformer un homicide en mort naturelle. Au milieu du cataclysme qui succède à ses découvertes, elle se pose des questions troublantes : pourquoi garder un patient anonyme au secret pendant quarante ans ? Comment un malade mental peut-il mourir de peur ? Dès lors, le polar norvégien prend une dimension planétaire : la solution réside quelque part entre Paris, le Minnesota et l'île de l'Ascension, à quelques encablures de Sainte-Hélène. Nicolas Beuglet mène son affaire de main de maître !

1er chapitre de Le Cri

Haut de page