Un sourire pour Mathilde

Albert Ducloz

Entre Arnaud, vingt-cinq ans, fils de baron officier, et Camille, dix-neuf ans, fille des fermiers du baron, c'est l'amour fou. Un amour qui défie toutes les convenances sociales. Mais quand Camille tombe enceinte et qu'Arnaud est mobilisé, les problèmes commencent. Avant de partir au front, le jeune homme a fait le serment à sa bien-aimée de rester en vie. Mais il est bientôt pris sous le feu des combats de la Marne. Après avoir échappé miraculeusement à la mort, il décide de déserter pour pouvoir tenir sa promesse. Mais cette désertion, outre le fait qu'elle soit passible de la peine de mort, représente un affront insoutenable pour le baron. Et c'est la raison pour laquelle Arnaud et Camille devront se cacher deux années durant. Arnaud supporte mal d'être pris pour un lâche : il décide de repartir au combat par solidarité avec ses compagnons. La bataille de Verdun est au bout du chemin... Blessé, il retrouve les siens le temps de sa convalescence. C'est à ce moment que la vérité éclate sur la paternité de la petite Mathilde et que le mariage de ses parents est approuvé par le baron. Mais la guerre n'est pas terminée... Lire la suite

280 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 160x240

Chapeau

Citation presse

Extrait

- Marc s'est fait tuer le 13 septembre, au dernier jour de la bataille de la Marne. Arnaud pâlit ; d'avoir déserté en pleine bataille l'avait sauvé. Il regretta d'être ici, imagina qu'il aurait pu se réfugier dans une masure, dans une ruine et de là faire connaître à Camille sa présence. Mais il se trouvait chez les parents de Marc et il fallait répondre, maintenant, sans attendre, et surtout s'expliquer. - Mon Dieu ! Et moi qui suis vivant ! De vivre alors que son camarade d'enfance était mort lui parut insupportable. Arnaud dut prendre son souffle pour pouvoir avouer : - J'ai déserté. Je ne peux plus me montrer. (...) J'ai déserté pour vivre, j'ai déserté par amour. Je ne suis pas un couard. Je me suis souvenu de votre promesse et j'ai frappé à votre porte. M'acceptez-vous ?

1er chapitre de Un sourire pour Mathilde

Haut de page