Histoire de la collaboration

Francois BROCHE - Jean-Francois Muracciole

Trois quarts de siecle apres l'effondrement de 1940, la collaboration demeure < le plus delicat des problemes poses par la defaite et la division de la France > (Stanley Hoffmann). Pour qui se refuse aux idees recues ou aux caricatures, la raison en est simple : il s'agit d'un concept flou, que l'on a, des la Liberation, charge d'une mission impossible, consistant a ranger sous une etiquette commune des Francais d'origines, de motivations et de conduites tres differentes, souvent contradictoires. Par nature, la collaboration ne pouvait etre un bloc, car elle groupait pele-mele toutes les varietes des types et des comportements humains et que, en outre, des juin 1940, elle comprenait une infinie variete de formes et de niveaux. Elle n'a jamais inspire une politique clairement determinee, fixee une fois pour toutes, car elle exigeait une adaptation permanente aux circonstances, aux exigences de l'occupant, a l'opinion des Francais, au deroulement de la guerre mondiale. Elle recouvre < un large eventail d'idees et de comportements qui ne se laisse pas facilement cerner, qu'il est impossible d'enserrer dans un cadre rigide > (Henry Rousso). Son existence n'en a pas moins laisse une empreinte indelebile sur l'histoire de la France contemporaine. Lire la suite

480 pages | Couverture brochee en couleurs | Format: 140x215

Les auteurs#xA;François Broche, spécialiste de la France libre, est l'auteur de nombreux ouvrages, notamment du Dictionnaire de la collaboration (2014). Jean-François Muracciole, professeur d'histoire contemporaine à Montpellier, est l'un des meilleurs connaisseurs de la Résistance. Ensemble, ils ont dirigé le Dictionnaire de la France libre (2010).

Chapeau

Citation presse

Coulisses

TX CH 2#xA;Trois quarts de siècle après l'effondrement de 1940, la collaboration demeure « le plus délicat des problèmes posés par la défaite et la division de la France » (Stanley Hoffmann). Pour qui se refuse aux idées reçues ou aux caricatures, la raison en est simple : il s'agit d'un concept flou, que l'on a, dès la Libération, chargé d'une mission impossible, consistant à ranger sous une étiquette commune des Français d'origines, de motivations et de conduites très différentes, souvent contradictoires. Par nature, la collaboration ne pouvait être un bloc, car elle groupait pêle-mêle toutes les variétés des types et des comportements humains et que, en outre, dès juin 1940, elle comprenait une infinie variété de formes et de niveaux. Son existence n'en a pas moins laissé une empreinte considérable et indélébile sur l'histoire de la France contemporaine.

Haut de page