La Belle Etrangère

Jean-Paul Malaval

Des terres trop convoitees

Juin 1944. Près de Brive (Corrèze), le village de Marlianges doit panser les plaies profondes dues à l'Occupation et à ses sanglantes dérives. Mais ici, c'est une famille d'Italiens qui défraie la chronique et délie les mauvaises langues. Les Battisteli ont pris à bail en 1937 les terres ingrates des Allognes, qui appartiennent à Maximin Maringot, et les ont mises en valeur. Ils souhaitent à présent les acquérir. Maringot y est disposé, sauf que son voisin Claudius Renaudie, ancien milicien, veut les Allognes et en chasser les étrangers. Le docteur du village, Bertrand Jouve, un homme marié de trente-huit ans, séduisant et fortuné, se range du côté des Battisteli. Très attiré par la jeune et unique fille du clan, la belle Clara, dix-neuf ans, il ne craint pas de s'afficher avec elle au mépris du qu'en-dira-t-on... Mais le drame couve. Lire la suite

320 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 150x230

Chapeau

Citation presse

Extrait

Cette fois, Claudius s'était juré d'employer les grands moyens, de ceux que la morale et la conscience réprouvent. Il jubilait à l'avance de sa scélératesse et des effets qu'il obtiendrait contre celui qui était devenu, ces derniers temps, son pire ennemi. Il avait passé toute une nuit à réfléchir, à se tourner et retourner dans son lit, lorsque le petit coffre dans lequel il enfermait ses actes de propriété, ses baux et ses gages sur créance, se rappela à son bon souvenir. La boîte contenait aussi, et ce, depuis si longtemps, de menus papiers sur les Maringot. Dans un premier temps, Claudius jugea son idée stupide. Ce sera sans effet, pensa-t-il, sur Maximin. Aussi inutile que les intimidations de Perdigal durant l'Occupation. Et il pouffa de rire en se souvenant comment les miliciens s'y étaient pris pour lui coincer les doigts dans un tiroir. (...) Mais moi, se dit Claudius dans l'obscurité de sa chambre, avec sa femme gémissant de douleur à ses côtés, ma torture sera psychologique. Il disait « syphologique », entendant par là qu'un grand coup de massue serait porté dans l'esprit de Maximin, jusqu'à peut-être, espérait-il, lui faire perdre la raison ? Et dès lors, se promit-il, nous lui ferons signer tout ce que nous voudrons.

1er chapitre de La Belle Etrangère

Haut de page