Les Virtuoses de la cinquième avenue

Joy Callaway

Depuis leur plus tendre enfance dans le Bronx, Charlie Aldridge, artiste dans l'âme, et Virginia (« Ginny ») Loftin partagent une intimité quotidienne. A vingt-deux ans, en cette année 1891, Virginia, qui a été publiée plusieurs fois dans The Review, a deux projets : devenir, bien qu'elle soit une femme, un écrivain réputé et se marier avec le beau et charismatique Charlie. Mais, au cours d'une soirée, celui-ci annonce officiellement qu'il aime sa cousine Rachel Kent et qu'il va l'épouser. Bouleversée, protégée par ses frère et sœurs, Ginny se terre dans sa chambre et écrit son histoire en la magnifiant de page en page. Charlie finit par lui avouer que son cœur lui appartient sans renoncer pour autant à son lucratif mariage… Lors d'un concert, Ginny fait la connaissance, peu de temps après, d'un jeune et séduisant écrivain, John Hopper. Fils d'un médecin apparenté aux puissants Carnegie, John a créé dans leur maison de la Cinquième Avenue un « salon » d'artistes à la française où Ginny sera la bienvenue… Lire la suite

512 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 142x213

Bagdad, IXe siècle. Le jeune Haroun Al-Rachid est devenu calife impérial. Il s'éprend du sublime Djafar Al-Barmaki, brillant héritier d'un clan influent qu'il décide de nommer vizir. Les deux hommes ne tardent pas à devenir secrètement amants tout en prodiguant leurs faveurs à épouses et concubines destinées à engendrer et à perpétuer les dynasties. Haroun est certes follement amoureux mais n'ignore pas que ces mœurs ne sont pas convenable pour un grand calife. Aussi éloigne-t-il souvent son vizir en le nommant à la tête du gouvernorat d'une province ou en l'envoyant aux armées. Mais, chaque fois, il le rappelle finalement auprès de lui. Un jour, Haroun présente à Djafar sa jeune sœur, la princesse Abassa, dont le favori tombe amoureux. C'est la première fois de sa vie que l'objet de sa flamme est une femme. Haroun, pétrifié de jalousie, autorise le mariage à la seule condition qu'il ne soit jamais consommé…

Chapeau

Citation presse

Haut de page