Qaanaaq

Mo Malø

Nuuk, côte sud-ouest du Groenland. Le capitaine Qaanaaq Adriensen, d'origine groenlandaise mais qui a été adopté par la famille danoise Adriensen, appartient au corps de police de Copenhague. C'est la première fois qu'il revient sur cette grande île gelée pour enquêter sur trois meurtres perpétrés avec une extrême sauvagerie : les victimes – Huan Liang, un Chinois de vingt-huit ans, Matthew Hawford, un Canadien de trente-trois ans, et Niels Ullianson, un Islandais de vingt-six ans – travaillaient sur une plateforme off shore de la société Green Oil. Tous trois ont été égorgés, éventrés, éviscérés. Aucune arme n'a été retrouvée sur les scènes de crime ni aucune trace humaine : seuls des poils et des squames noirs peuvent faire penser à une attaque d'ours polaire. Un ours aurait-il été dressé et « commandité » pour ce triple massacre ? Flanqué de son pittoresque adjoint groenlandais, Apputiku Kalakek, Qaanaaq tente de mener une enquête passablement complexe et affronte Rikke Engell, la jeune femme qui dirige la police de Nuuk… Lire la suite

496 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 155x225

EXTRAIT#xA;Un jaillissement de la nuit dans l'habitacle nourricier. L'ombre qui se profile paraît démesurée. C'est idiot, mais la première pensée qui traverse la petite est qu'un tel géant ne peut pas rentrer tout entier sous leur tupeq. Il faut se pousser pour lui faire de la place. Comme lorsque son père cherche à toute force à faire tenir un phoque dans un coffre de conservation déjà plein à craquer de viande congelée. Elle n'a pas encore crié que le premier coup de patte frappe au hasard, avec la pesanteur d'une hache, dans le parterre de corps assoupis. Un déchirement mat de chair annonce les hurlements qui suivent aussitôt – affolés, et pourtant aussi insignifiants que ces hameçons qu'on plonge dans les trous de la banquise. La stridence est insupportable. Alors, plutôt que de fuir, la petite bouche ses oreilles et ferme ses yeux. Elle braille à son tour. Elle hulule comme ces renards arctiques qu'elle joue à pourchasser sous le regard de ses parents.#xA;

Chapeau

Citation presse

Haut de page