Le Lambeau

Philippe Lançon

Le 6 janvier 2015, Philippe Lançon, journaliste à Libération, va au théâtre. Il s'apprête à partir pour les Etats-Unis, où il va donner des cours à l'université de Princeton et où l'attend sa nouvelle compagne, Gabriella. La vie est légère. Le lendemain matin, il se rend à la conférence de rédaction hebdomadaire de Charlie Hebdo, où il tient une chronique. Dans son sac, il y a le livre de Michel Houellebecq, Soumission, sur lequel il a écrit une critique élogieuse mais qui fait débat. C'est d'ailleurs le sujet du jour autour de la table. Jusqu'à l'intrusion de deux hommes vêtus de noir, qui anéantissent tout sur leur passage. L'auteur fait partie des rares survivants. Adossé à un mur, il ne réalise pas tout de suite qu'il est gravement blessé. Que sa mâchoire inférieure a été emportée. Commence alors une autre vie, qui ressemble à la survie. Celle où sa chirurgienne veut lui redonner un visage, où sa famille et ses amis l'entourent, l'enveloppent même, mais dans laquelle sa « gueule cassée » n'est que la partie visible de la blessure. Outre le prix Femina, les jurés du prix Renaudot ont attribué un « prix spécial » à Philippe Lançon. Lire la suite

512 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x205

TX GLM 2#xA;Le 7 janvier 2015, Philippe Lançon se rend à la conférence de rédaction hebdomadaire de Charlie Hebdo, où il tient une chronique. Avec ses comparses, il y débat de Soumission, de Houellebecq. Jusqu'à l'intrusion de deux hommes vêtus de noir, qui anéantissent tout sur leur passage. L'auteur fait partie des rares survivants. Adossé à un mur, il ne réalise pas tout de suite qu'il est gravement blessé. Que sa mâchoire inférieure a été emportée. Commence alors une autre vie, qui ressemble à la survie. Celle où sa chirurgienne veut lui redonner un visage, où sa famille et ses amis l'entourent, l'enveloppent même, mais dans laquelle sa « gueule cassée » n'est que la partie visible de la blessure.

Chapeau

Citation presse

Citation texte

« (…) Sa plume nous en met plein la gueule ; son visage défait exhibe tout ce que nous ne voulons pas regarder en face ; sa lucidité est une fidélité à l'enfant qu'il fut ; ses souvenirs d'enfance ressemblent déjà à nos souvenirs de guerre. C'est ce brûlant journal de deuil que les jurées du Femina ont récompensé. » Le Monde

Haut de page