Les Gens de Combeval

Jean-Paul Malaval

En août 1914, c'est le temps des moissons pour les Montagnac, qui possèdent les plus belles terres de Combeval. Mais la guerre éclate et ce sera désormais le temps des sacrifices. Charles doit laisser partir son fils aîné, Marcelin, plutôt que son cadet Bastien, trop jeune pour être mobilisé. Ce dernier abandonnera son rêve de devenir instituteur et restera à la ferme. Quant à leur soeur, Eugénie, Charles renonce, par la force des choses, à l'idée de la marier sans tarder. Marcelin, appelé au front, laisse sa fiancée Reine, fille de modestes vignerons, sous le toit des Montagnac ; il devra attendre sa prochaine permission pour l'épouser. Son retour, dans de tragiques circonstances, précipitera Combeval dans le chaos. Lire la suite

480 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 153x235

EXTRAIT#xA;- Tu crois que je peux lui dire, comme ça, tout d'un coup, à Reine : « Je veux que tu deviennes ma femme » ?#xA;- Non, répondit le père avec des gestes ronds et délicats. Mettons-y un peu de finesse, tout de même. Il te faut une approche plus subtile. Par exemple, tu lui parles de notre ferme, de nos terres, de notre troupeau et de l'argent que tout cela représente, puis de nos projets. Et tu amènes ensuite la conversation sur l'idée, oh, oui, fit-il avec jubilation, la belle idée, que tu auras besoin d'être secondé lorsque tu te retrouveras à la tête de Combeval. Et c'est là que tu places : « J'aurais bien besoin d'une compagne qui me soutienne et qui me conseille… Une femme comme toi, Reine… » Et tu lui prends la main, là, délicatement…#xA;Pourtant, Marcelin avait déjà pris la main de Reine et il ne s'était rien passé. « Peut-être à cause de mon air de petit paysan mal dégrossi », pensa-t-il. Décidément, le jeune homme ne se découvrait aucune qualité, ni beau ni laid, juste ordinaire.

Chapeau

Citation presse

Haut de page