Une nuit avec Jean Seberg

Marie Charrel

Juillet 2016. Elisabeth Robinson, une ancienne infirmière de soixante-dix ans, fille d'une Algérienne et d'un Africain-Américain, se souvient, lorsque disparaît son petit-fils (est-il tombé dans le piège de la radicalisation ?), de son passé de militante pour les droits civiques. Brisée à l'âge de quinze ans par la mort d'un ami le 8 février 1962 au métro Charonne, Elisabeth bascule dans la haine et la révolte et intègre en 1968 le mouvement extrémiste des Black Panthers. Après l'assassinat de son amant, un héros de la lutte, Elisabeth est missionnée par le parti pour collecter des fonds. C'est ainsi qu'en 1970, elle se rend à Lausanne afin de convaincre « un gros poisson » de signer un chèque pour la cause et passe quelques heures avec Jean Seberg, la célèbre actrice qu'elle ne connaissait pas. Cette rencontre avec une femme traquée, au bord de la chute, qui a elle aussi vécu la perte d'un enfant, va bouleverser en profondeur la vie d'Elisabeth. Lire la suite

368 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 130x200

Icône de la Nouvelle Vague#xA;Jean Seberg, le fragile « ange blond » du roman, portait en elle la tragédie. La sublime et belle interprète de Sainte Jeanne, de Bonjour tristesse, d'A bout de souffle, de Lilith, abordait en 1970 la dernière partie de sa vie. Malgré ses trois mariages et ses nombreuses liaisons, c'était une femme seule. Militante espionnée et discréditée par le FBI de Hoover, manipulée et battue par un amant membre des Black Panthers, abandonnée par Romain Gary, traitée de folle et de nymphomane, elle marchait vers l'abîme au milieu des ténèbres. Seberg avait, dès l'adolescence, porté la voix des Noirs et des Amérindiens et était l'une des grandes figures du cinéma mondial à poursuivre ce combat dans le contexte de ségrégation raciale de l'époque. Sa mort, en 1979, à l'âge de quarante ans, demeure aujourd'hui encore une énigme. Ecrivain et journaliste, Marie Charrel, dans ce beau roman à plusieurs voix de la révolte, de l'exigence et de la tendresse, trace le portrait de deux femmes d'exception.#xA;

Chapeau

Citation presse

Haut de page