Olga

Bernhard Schlink

A la fin du XIXe siècle, la petite Olga, orpheline, est recueillie par sa grand-mère en Poméranie, aux confins de l'Empire allemand, et se lie avec Herbert et Viktoria Schröder, « les enfants du château ». Alors que s'égrènent les années, la jeune fille pauvre qui étudie pour devenir institutrice et le garçon qui rêve de lointains horizons tombent amoureux sans avoir l'autorisation de se marier. Olga enseigne au village. Herbert guerroie en Afrique du Sud-Ouest, parcourt l'Argentine, la Sibérie. Il revient toujours, fidèlement, auprès de la femme qu'il aime spirituellement et charnellement et que la volonté malveillante de Viktoria a exilée en Prusse-Orientale… Herbert est envahi par une nouvelle obsession : franchir le Passage du Nord-Est dans l'Arctique. Olga, qui mesure les risques, ne pourra l'en dissuader et Herbert partira, en 1913, vers le royaume des glaces. Elle ne cessera de lui écrire de longues lettres… Bien des années plus tard, après les guerres mondiales, Olga, devenue couturière après avoir perdu l'ouïe, racontera au jeune Ferdinand, le fils de ses employeurs, les secrets de sa vie humble et de son éternel amour. Lire la suite

272 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x205

UNE ŒUVRE MAJEURE DE SCHLINK#xA;Bernhard Schlink, né à la toute fin de la Seconde Guerre mondiale, a été longtemps magistrat avant d'entamer une carrière d'auteur de romans policiers. Mais c'est avec son best-seller mondial, Le Liseur (1995), qu'il devient un écrivain de premier plan. Olga est, de toute évidence, une œuvre aussi considérable. Avec ce personnage bouleversant et original, si profondément humain, à la plénitude un peu amère des êtres qui connaissent le fond de l'âme humaine et les ravages de l'Histoire, Schlink a ciselé le profil d'une femme du XXe siècle, d'une femme amoureuse, d'une Allemande qui a refusé toutes les hystéries idéologiques et qui, par là même, peut devenir un modèle universel.#xA;

Haut de page