De Gaulle, 1969

Arnaud Teyssier

Le 27 avril 1969, Charles de Gaulle perd le référendum qu'il avait organisé sur la régionalisation et la réforme du Sénat : il annonce aussitôt sa démission et quitte le pouvoir après onze années de règne. Ces derniers mois ont souvent été présentés comme une succession d'erreurs ou de maladresses, attribuées pour l'essentiel à la vieillesse, ainsi qu'à une incompréhension de la modernité dont Mai 68 venait d'annoncer l'avènement avec fracas. Or ce livre montre que De Gaulle avait pris pleinement conscience qu'il faisait face à une situation nouvelle : une société moderne, libérée du souvenir de la guerre, traversée de besoins et de désirs, et pour qui la puissante organisation de gouvernement qu'il avait mise en place était devenue trop lourde. Il appréhendait la venue de temps nouveaux, porteurs des illusions du bien-être, mais chargés de difficultés et de crises. C'est pour y préparer la France qu'il entreprit, au cours des derniers mois, une révolution de grande ampleur dont beaucoup, même parmi ses proches, ne surent pas prendre la mesure. Aujourd'hui, en 2019, ses intuitions nous aident plus que jamais à corriger la myopie de notre civilisation. Une démonstration brillante. Lire la suite

304 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x210

Contrairement à ce que l'on prétend souvent, De Gaulle avait, en 1969, pris pleinement conscience qu'il faisait face à une situation nouvelle : une société moderne, libérée du souvenir de la guerre, traversée de besoins et de désirs, et pour qui la puissante organisation de gouvernement qu'il avait mise en place était devenue trop lourde. Il appréhendait la venue de temps nouveaux, porteurs des illusions du bien-être, mais chargés de difficultés et de crises. C'est pour y préparer la France qu'il entreprit, au cours des derniers mois, une révolution de grande ampleur dont beaucoup, même parmi ses proches, ne surent pas prendre la mesure.

Haut de page