Amour propre

Sylvie Le Bihan

Petite fille sans mère, Giulia a été élevée par un père bouleversé à jamais par le départ de sa femme, Laura, une Italienne, disparue un beau matin. Giulia, qui a aujourd'hui quarante-six ans, s'est construite tant bien que mal dans l'ombre de ce fantôme. A cause de cette mère, elle a choisi d'être professeure de littérature italienne et s'est consacrée à l'œuvre de Curzio Malaparte, le célèbre écrivain de La Peau et de Kaputt que Laura vénérait. Elle a fondé un foyer – brisé depuis dix ans – pour se plier aux traditions et elle aime ses trois enfants adolescents, Alex, l'aînée, Antoine et Thomas. Sous le prétexte de finir sa thèse, elle s'installe dans la célèbre Casa Malaparte sur les hauteurs de Capri. Là, elle se lie à la conservatrice, Marie, qui lui donnera quelques conseils avisés… Lire la suite

280 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 130x205

Qu'est-ce qu'être mère ? Une femme s'interroge sur la mère qu'elle n'a pas eue, sur l'enfant qu'elle a été sans elle, sur la mère qu'elle est devenue ensuite. Avec une grande sensibilité et une finesse remarquable, Sylvie Le Bihan peint le portrait d'une femme éprise de liberté, qui se bat pour chasser les fantômes du passé : l'absence d'une mère, dont on ne guérit jamais. Lors d'un séjour dans la villa Malaparte à Capri, dans le silence de la maison où sont passés tant d'hommes et de femmes qu'elle admire, elle tente de répondre à des questions qui la hantent : quelle éducation a-t-elle reçue et a-t-elle donnée ? Quelle mère a-t-elle été ? A-t-elle aimé ses enfants ? Regrette-t-elle de les avoir eus ? Peut-on seulement concilier maternité et liberté ? Un texte fort sur la filiation et l'abandon.

Haut de page