Lettres de Washington Square

Anne Icart

Dans la maison de famille nichée au cœur des Pyrénées, Zélie pleure Tine, qui vient de s'éteindre, qu'elle a toujours considérée comme sa grand-mère. Michel, son père, est reparti à Paris dès l'enterrement passé, emportant son propre chagrin. Tine avait élevé Michel, dont la mère était morte en lui donnant la vie, il y a soixante-cinq ans. Quant à son père, Baptiste, il était parti en Amérique peu de temps après sa naissance. De cet homme, il ne sait presque rien, si ce n'est tout le mal qu'en a toujours dit son entourage, et notamment Mado, la grand-père de Michel. Baptiste n'était-il donc que cet aventurier capable d'abandonner son enfant pour aller faire sa vie ailleurs ? Alors que Zélie range les affaires de Tine, elle repère une vieille commode en merisier ayant appartenu à Mado. A l'intérieur, trois grande boîtes en carton refermant des dizaines de lettres, dont aucune n'est décachetée. Toutes envoyées de New York. Toutes adressées à Michel. Le silence de Baptiste va donc prendre fin. Qu'a-t-il écrit ? Lire la suite

312 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 135x215

COUP DE CŒUR
Anne Icart est entrée dans la cour des grands auteurs français avec sa saga Balaguère (Ce que je peux te dire d'elles, Si j'ai bonne mémoire et Le Temps de Lilas). Elle poursuit son œuvre avec un opus marquant, un roman librement inspiré de la vie de son propre grand-père. Elle relate aussi un phénomène historique méconnu : au début du XXe siècle, de nombreux Ariégeois pauvres tentèrent leur chance en Amérique. Et l'on retrouve le thème qui lui est cher, qu'elle sait transcrire d'une plume juste et sensible : les secrets de famille. Son texte, qui raconte l'histoire d'un amour filial incroyablement émouvant, résonne en chacun de nous : il fait entendre la voix de l'enfant qui sommeille au fond du cœur des adultes que nous sommes.

Haut de page