Sous protection

Viveca Sten

Nora Linde et Thomas Andreasson, le célèbre duo suédois, sont confrontés à la plus épineuse enquête de leur carrière. Un opus oppressant signé Viveca Sten.

Pour la procureure Nora Linde, trouver un angle d’attaque à l’encontre d’Andreis Kovač est délicat. C’est un pari risqué qu’elle ne peut se permettre de rater : baron de la drogue à Stockholm, l’homme ne se laissera nullement impressionner et emploiera les meilleurs avocats. C’est alors un angle plus personnel que choisit Nora Linde : Mina, l’épouse de Kovač. Celle-ci pourrait en effet être un témoin des plus gênants et ternir sérieusement l’image de Kovač : il l’a battue et s’est montré si menaçant que la jeune femme a dû être placée sous protection – à l’initiative de l’inspecteur Thomas Andreasson – avec son bébé dans une villa de Sandhamn… Aussi Mina devient-elle alors l’enjeu d’une guerre sans merci. D’une part, Kovač est prêt à tout pour traquer Mina sans relâche. D’autre part, il peut s’en prendre, sans le moindre scrupule, à ceux qui ont décidé de protéger Mina… Lire la suite

528 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 157x227

A la réunion du matin, elle avait promis à Jonathan que la mise en examen de Kovač serait déposée la semaine suivante. Elle espérait pouvoir s’y tenir. Mais c’était une enquête vaste et complexe. Les dossiers s’accumulaient, retraçant les mouvements de fonds sur les nombreux comptes de Kovač, qui avaient fait de lui un homme riche. Les collègues des Stups leur avaient fourni assez de chiffres et d’informations sur les volumes des saisies pour qu’ils puissent calculer les revenus générés par les trafics de Kovač, la vente de cocaïne, d’amphétamines et d’ecstasy. On pouvait estimer les recettes et les frais, le cashflow, comme dans n’importe quel business. Kovač gagnait des millions. « Une chance pour nous que même les réseaux criminels ne puissent pas se contenter du liquide pour gérer leurs affaires, dit Leila. Sinon, on n’aurait jamais pu le coincer. » Elle prit une autre bouchée avant de jeter avec une grimace la banane trop mure dans la corbeille de Nora. « La société numérique change aussi la donne pour les criminels, ajouta-t-elle. Aujourd’hui, ils se sont tous adaptés », dit Nora.

Chapeau

Guerre des nerfs à Sandhamn

Haut de page