La Fabrique des petits bonheurs

Danièle Fossette

Alice, jeune diplômée en lettres, est perplexe le jour où le maire de Bourgis lui propose de s’occuper du journal municipal, et surtout de créer un atelier d’écriture destiné aux « laissés-pour-compte ». Certes, il semble plus motivé par des considérations électorales que par la solidarité envers les plus faibles. Ainsi, il propose comme local un vieil atelier de confiserie désaffecté. Alice hésite puis se lance. Elle ne le regrette pas. Moïse, l’incorrigible optimiste qui sait la faire rêver quand le ciel s’assombrit, Roméo, le maladroit au grand coeur, Ginette, alias Marilyn, au franc parler souvent hilarant, deviennent des habitués… Cette joyeuse bande d’inséparables invente une autre manière d’être et de connaître. Jusqu’au jour où son nouveau royaume est menacé. Faut-il entrer en résistance et, comme le proclame Marilyn, « faire la guerre à tous les empêcheurs d’écrire, à tous ceux qui font souffler des tempêtes dans nos têtes, à tous ceux qui veulent mettre nos rêves sous clé » ? Lire la suite

288 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 132x207

EXTRAIT « Marilyn – de son vrai nom Ginette – parlait tous les matins à son miroir. Elle avait une façon bien à elle de se maquiller qui tenait à la fois de l’art de la dissimulation et de l’art de la guerre. Du rouge vif pour une bouche agressive, du noir charbon pour des yeux de braise, un fond de teint hâlé pour d’éternelles vacances, des cheveux blonds qui cachaient mal leurs racines. Mais quand elle y pensait, elle voyait plutôt les racines qui la rattachaient à son village de Beauchain-les-Mines. Ces racines-là ne donnaient, selon elle, que des arbres rabougris et elle voulait être un chêne. Ou alors un roseau qui encaisse les tempêtes sans jamais casser. »

Haut de page